Notes et références 

Lorsqu’il s’agit de la première mention d’un ouvrage, on procède comme suit:

Livre d’un auteur : Louise Dechêne, Le partage des subsistances au Canada sous le régime français (Montréal, Boréal, 1994). Si on veut se référer à une ou plusieurs pages en particulier : 26 ou 34-38.

Ouvrage publié sous la direction d’un auteur : Jacques Rouillard, dir., Guide d’histoire du Québec : du régime français à nos jours. Bibliographie commentée (Montréal, Méridien, 1993), 45-48.

Contribution à un ouvrage collectif : Yvan Rousseau , « Les marchés de l’assurance-vie au Québec entre 1880 et 1960 : une étude de la distribution spatiale des centres de décision et de l’appropriation des revenus », dans Claude Bellavance et Pierre Lanthier, dir., Les territoires de l’entreprise (Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2004), 149-171.

Article de périodique : André Cellard et Dominique Nadon, « Ordre et désordre : le Montreal Lunatic Asylum et la naissance de l’asile au Québec », Revue d’histoire de l’Amérique française, 39,3 (hiver 1986): 345-368.

Lorsque le périodique est un journal : Clarence Hogue, «Enquêtes économiques. Confederation Life», Le Devoir, 24 août 1980, 8.

Thèse : Allan Greer, Habitants of the Lower Richelieu: Rural Society in Three Quebec  Parishes, 1740-1840, thèse de doctorat (histoire), York University, 1980.

Ressource Internet: Jacques Mathieu, «Daine, François», Dictionnaire biographique du Canada en ligne, www.biographi.ca/FR [consulté le 15 décembre 2006].

Lorsqu’il s’agit d’un livre ou d’un article qui a déjà été mentionné dans une note, on procède comme suit : L. Dechêne, Le partage des subsistances…, op. cit., 104; Y. Rousseau, «Les marchés de l’assurance-vie…», loc. cit., 154; A. Cellard et D. Nadon, « Ordre et désordre…», loc. cit., 175; A. Greer, Habitants of the Lower Richelieu…, op. cit., 36.

Le terme Ibid. est employé seulement lorsqu’on répète immédiatement la référence précédente (peut avoir un numéro de page différent).

Le terme id. est employé seulement lorsqu’on répète immédiatement la référence précédente, avec le même numéro de page.

Dans le cas d’une source manuscrite, on mentionne, dans l’ordre, le dépôt d’archives, le fonds, le dossier et le document et, le cas échéant, la date. Par exemple : Centre d’archives de Saint-Hyacinthe (CASH), Fonds Léon Pratte (AG18), Délibérations du conseil – Historiques, 24, section 2, 25, 18 septembre 1909.